La première chose à faire si vous désirez vendre votre local commercial occupé est de prévenir votre locataire. Car ce dernier dispose depuis la loi PINEL de 2015 d’un droit de préemption, c’est-à-dire qu’il a la priorité pour acheter. Une fois averti, il dispose alors d’un mois pour se prononcer. Pour informer le locataire, il faut le faire avec la manière. Ainsi, la loi prévoit que le bailleur doit envoyer une notification indiquant obligatoirement le prix et les conditions de la vente.

 

Cette notification doit être adressée ou bien par lettre recommandée avec avis de réception, ou bien remise directement en mains propres contre récépissé ou émargement. Cette dernière doit également impérativement contenir les 4 premiers alinéas de l’article L145-46-1 du code de commerce. En cas de non-respect de ces règles par le propriétaire, la vente peut être remise en question.

Comment modifier et réaliser la vente ?

En cas de modification de l’offre, par exemple si le bailleur veut baisser le prix de son local commercial ou vendre son bien à des conditions plus avantageuses, il doit en notifier son locataire selon le même procédé que l’offre de vente initiale en y figurant bien les nouvelles modalités.

À noter que si le locataire accepte l’offre de vente, il doit réaliser la transaction dans un délai de deux mois à compter de l’envoi de son courrier au bailleur ou dans un délai de quatre mois s’il recourt à un prêt. Si ces délais arrivent à expiration, la vente n’a alors pas eu lieu et l’acceptation de l’offre de vente n’est plus valable.

Ventes exclues du droit de préemption

Cependant, certains types de ventes ne sont pas concernés par ce droit de préemption. Lorsqu’il s’agit d’une vente en une seule fois de plusieurs locaux d’un ensemble commercial ou de locaux commerciaux distincts, en cas de vente d’un local commercial au copropriétaire d’un ensemble commercial, en cas de vente du local au conjoint, à un ascendant ou à un descendant du bailleur ou de son conjoint et enfin dans le cas d’une vente globale d’un immeuble contenant des locaux commerciaux.

Continuité ou résiliation du bail

Si le locataire n’a pas acheté, mais que le bien a été vendu, alors le bail se poursuit avec le nouvel acquéreur qui devient le nouveau bailleur. Enfin, si le propriétaire estime que vendre son local commercial loué sera trop compliqué, il peut alors choisir l’option de résilier le bail de son locataire. Mais ceci est soumis à de nombreuses conditions qu’il faudra bien évidemment prendre en compte.